Financement des collectivités locales : un écran de fumée !!

Publié le par solidaires82

siteon0.jpg

Communiqué de presse des administrateurs SUD PTT.

 

Lors de sa réunion du 10 février, le conseil d’administration du groupe La Poste est appelé à se prononcer sur la création d’une nouvelle banque de financement des collectivités locales.

 

  D’un point de vue général, que La Poste, par l’intermédiaire de sa filiale bancaire participe au financement des collectivités locales, n’est nullement choquant. Au contraire, cette activité pourrait être un des piliers d’un pôle public financier au service du bien général. Hélas, le présent dossier est fort éloigné de cet objectif.


Certes, la question du financement des collectivités revêt un caractère d’urgence. Les responsables politiques qui ont privatisé cette activité et qui, pendant de longues années, ont applaudi aux dérives de DEXIA en portent d’ailleurs une grande responsabilité. Toutefois, il apparaît que le « plan de sauvetage  » qui est présenté ce jour, répond plus à un calendrier électoral qu’à une solution sûre et pérenne.

 

Est-ce un hasard si le Conseil d’administration de La Poste se déroule au moment même où monsieur Sarkozy préside un sommet sur les finances locales ? Cela pourrait apparaître comme un détail, mais il s’agit bien là d’un fait révélateur des priorités de ceux qui nous gouvernent !

 

Dans le dossier présenté ce 10 février aux administrateurs de La Poste et qui correspond à ce qui circule dans la presse depuis plusieurs jours, les administrateurs Sud tiennent à revenir sur 3 éléments.

 

Contrairement aux allégations des dirigeants de La Poste et de ses actionnaires, le montage financier n’est pas sans risques. Et, dans un premier temps, rien ne nous assure que La Banque Postale pourra récupérer les 3,2 milliards qu’elle a placés chez DEXIA dans des obligations prétendument sûres en juin 2011. Il s’agit d’une éventualité que ne cache pas le rapport de l’Assemblée Nationale d’octobre dernier. Selon ce rapport, cette éventualité « pourrait conduire la filiale de La Poste à constater des provisions et à amputer son résultat ainsi que le dividende versé à l’Etat ».

 

Concrètement, 3,2 milliards représentent plus de la moitié des résultats qu’escomptent accumuler les patrons de La Poste en 6 ans, la période définie par le plan stratégique « ambition 2015 » !

 

Le dossier qui est présenté ce jour n’aborde que les questions financières. Il semble que la gouvernance de la nouvelle entité correspondra à n’importe quel autre établissement bancaire. Au regard de l’expérience pour le moins malheureuse de Dexia, la question d’un sérieux contrôle citoyen se pose pourtant avec grande acuité.

 

L’avenir des salariés de DEXIA est loin d’être garanti. Ainsi, selon certaines sources, 300 à 400 salariés de DEXIA pourraient être recrutés par la nouvelle entité. Lors du Conseil d’administration du 3 octobre, Monsieur Wahl, patron de La Banque Postale évoquait cette possibilité. Sans s’engager sur un chiffre il indiquait que certains salariés de Dexia intégreraient la nouvelle entité. Il précisait que les traders responsables des produits « pourris » n’en seraient pas. Tout cela est très relatif.

 

En effet, monsieur Stéphane Magnan, chez DEXIA depuis 1996, directeur des marchés financiers de DEXIA crédit local depuis 2011 et ex-responsable de salle de marché de New York, a été recruté, fin janvier comme Directeur des opérations financières de La Banque Postale.

 

Au-delà de l’aspect provocant d’une telle décision, elle montre un aveuglement de nos patrons qui, au fond, ne montrent aucune volonté de remettre en question un modèle qui est un échec !

 

Les administrateurs de Sud-PTT ont voté contre ce projet.

 

Paris le 10 février 2011

Publié dans actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article